Société

Dans quel cas recourir à un expert d’assuré ?

Après un incendie, un dégât des eaux, une explosion ou encore, une catastrophe naturelle, vous êtes tenu de faire une déclaration de sinistre auprès de votre compagnie d’assurance pour demander réparation. Pour faire l’inventaire des dégâts subis et évaluer l’indemnisation, l’assureur peut désigner un expert. Dans le cas où vous refusez le rapport établi par ce dernier, vous avez le droit de faire intervenir un expert d’assuré pour effectuer une contre-expertise

Quel est le rôle d’un expert d’assuré ?

L’expert d’assuré est, avant tout, un professionnel mandaté par un assuré pour réaliser une contre-expertise. Quand il intervient, il doit faire preuve de neutralité, sans se faire influencer par l’assuré et l’assureur. Il doit ainsi être le plus objectif possible dans la réalisation de ses missions. Cela permet d’assurer la crédibilité du rapport qu’il établit à la fin de son intervention.

L’expert d’assuré prend en charge un certain nombre de rôles :

– Analyser les circonstances causant le sinistre : incendie, dégâts des eaux, catastrophe naturelle, etc. ;

– Identifier et lister les dégâts subits (sols, murs, électroménager, etc.) ;

– Déterminer le montant des dommages et le coût des réparations ;

– Choisir les modalités d’indemnisation ou de réparation.

Dans quel cas contacter un expert d’assuré ?

Même si l’expert d’assurance, au même titre que l’expert d’assuré, doit faire preuve de neutralité, cela n’empêche pas la victime de se méfier du rapport qu’il établit. Cela explique pourquoi la proposition de remboursement avancée par la compagnie d’assurance est parfois contestée.

Dans tous les cas, le refus de l’assuré lui permet de faire appel à un contre expert. Celui-ci intervient pour contrebalancer le rapport établi par l’expert mandaté par l’assureur. Pour ce faire, il doit procéder de la même manière que le premier expert dans l’analyse et l’évaluation du sinistre. Il peut également focaliser son travail sur les points de désaccord. À l’issue de son intervention, le contre expert doit présenter son rapport à l’expert d’assurance pour une confrontation. Dans ce cas de figure, plusieurs cas peuvent se faire présenter :

– Le nouveau rapport fait l’objet d’un accord entre les deux experts : vous pouvez dans ce cas approuver ou non la nouvelle proposition d’indemnisation ;

– Il n’y a aucune entente entre les deux experts : un autre expert est alors désigné par les deux parties pour réaliser une tierce expertise. En cas de désaccord, un expert judiciaire est mandaté.

À qui incombe le règlement des honoraires d’un expert d’assuré ?

En principe, le règlement des honoraires du contre expert incombe à l’assuré. Il existe cependant une exception : il n’est pas tenu de les payer dans le cas où il est couvert par une assurance « garantie honoraire d’expert ». Il est à préciser que les frais d’intervention d’un expert d’assuré peuvent aller de 800 € à 1 000 €, selon ses compétences.

En ce qui concerne les honoraires d’un expert d’assurance, ceux-ci sont entièrement à la charge de la compagnie d’assurance. Enfin, les honoraires d’un tiers expert sont partagés à montant égal entre les deux parties (l’assureur et l’assuré).

A lire aussi

Application de nouveaux dispositifs pour améliorer les conditions de travail du salarié

sophie

Des photos imprimées en ligne

sophie

La nouvelle génération de TV: l’abonnement IPTV

Laurence B.

Comment fonctionne le référencement internet ?

Oscar

Comment bien choisir une école de Commerce ?

sophie

Crâne mexicain: signification, histoire et utilisations

Laurence B.

6 conseils de teambuilding pour motiver vos équipes

Oscar

Magie au Luxembourg, tout pour réussir vos soirées!

Laurence B.

Quelles sont les compétences d’un conseiller clientèle pour votre centre d’appel?

Oscar