Informatique

Des moteurs de recherche tout simplement indispensables

2.9 (58.71%) 62 votes

Pratiques pour répondre rapidement à tous les besoins, les moteurs de recherche continuent de drainer un trafic qualifié important malgré le développement des médias sociaux et l’importance croissante de la diffusion de textes, de vidéos et d’images par ces derniers.
Selon une étude réalisée par SEMRUSH en 2017, le référencement naturel représente 40,1% du trafic d’un site e-commerce. C’est la deuxième source de trafic derrière les accès directs et la première source de trafic pour attirer de nouveaux visiteurs.
Se passer d’une présence optimisée sur les moteurs de recherche est doublement préjudiciable pour une entreprise. Elle se prive de nouveaux clients et les laisse partir à la concurrence, au risque de ne plus jamais les revoir. Or, une telle manne ne peut qu’attirer les convoitises, et les services marketing des entreprises, grandes ou petites, l’ont très bien compris. Le SEO demeure toujours une priorité, comme le démontre l’enquête #Acquisition_Survey_2018 relayé par Appairer : 94% des éditeurs plébiscitent le référencement naturel comme levier d’acquisition web.
Des débouchés professionnels prometteurs attendent donc celles et ceux capables d’acquérir une expertise dans ce domaine.

L’APPROPRIATION DE LA RECHERCHE EN LIGNE

PAR LES INTERNAUTES
Les relations que les internautes entretiennent avec les moteurs de recherche ont évolué au fil des ans. Vous n’utilisez pas Google comme l’utilisaient vos parents il y a vingt ans. Si les progrès techniques des algorithmes ont contribué à ces évolutions, l’émergence de nouveaux terminaux mobiles qui offrent un accès permanent à Internet ont aussi bouleversé les comportements.

Des expressions de plus en plus longues et précises :

Le premier algorithme poussifs des années 1990, couplés au faible nombre ce sites indexés, poussaient les internautes à effectuer des recherches plus généralistes, avec des expressions composées d’un mot où deux. Par exemple, on recherchait « restaurant Marseille » ou «roman policier ». Les expressions trop complexes ou trop précises, mal interprétées par un algorithme encore peu performant et s’appuyant sur un index pauvre, ne renvoyaient pas alors de résultats pertinents.

L’amélioration constante des algorithmes, l’arrivée d’autres types de résultats comme les images, les vidéos ou les actualités ont conduit les internautes à s’approprier progressivement la recherche en ligne, tapant des expressions de plus en plus longues, complexes et précises pour obtenir rapidement la bonne réponse à une problématique donnée. Une étude menée par SEMRUSH souligne ainsi qu’en 2018, 55 % des recherches reposent sur des expressions de 3 mots et plus.
Cette appropriation de la recherche en ligne par les internautes n’est pas sans conséquences sur le SEO et favorise notamment l’effet longue traîne. Il ne s’agit pas de viser simplement quelques expressions courtes et très concurrentielles, mais de travailler un large socle de mots-clés. Les expressions longues, commencées trois mots ou plus, sont beaucoup moins tapées mais représentent la majeure partie du trafic d’un site quand on les additionne. Un site qui accueille de nombreuses pages, dont chaque contenu utilise un vocabulaire particulièrement riche, gagnera en visibilité sur les moteurs de recherche.

Related posts

Constituer un parc informatique : louer ou acheter le matériel ?

sophie

Les outils les plus utilisés par les agences SEO

Nathalie

La gestion des documents numériques : un défi de taille pour les entreprises

sophie